Mantegna, solide géométrique de cristal

11 janvier 2016

La Crucifixion de Mantegna est aujourd'hui au Louvre, elle y est depuis 1797. Exceptionnelle mais de dimension modeste (76x96 cm2), Napoléon n'a pas hésité à la faire transporter, soucieux toutefois qu'elle ne s'abîme pas lors du passage du mont Cenis.

Mantegna l'a peinte entre 26 et 29 ans, quatre ans pour achever le retable de San Zeno, à Vérone, dont la Crucifixion elle-même constitue la prédelle centrale (prédelle: partie inférieure d'un retable généralement divisée en plusieurs compartiments figurant une série de petits sujets en relation avec le thème principal). Le point de fuite principal de la perspective est situé derrière la croix du Christ, à la limite du plateau du Golgotha. Sa position privilégie une vue da sotto in sù (de bas en haut), qui dramatise la scène, la magnifie et fait entrer le spectateur dans l'espace du tableau.

La construction géométrique du tableau découpe l'espace le long de l'axe de la croix entre bien, vie et lumière à gauche, mal, désolation et ombre à droite. Les joueurs de dés sont à droite et, assez étrangement, au premier plan. Ce sont bien trois dés que le soldat tient dans sa main, la droite. Il est sur le point de les lancer, sur un bouclier plat posé à même le sol; le bouclier est rond, le dessin composé de huit triangles égaux de couleur rouge et jaune alternée.

Crocifissione
Crocifissione
(Andrea Mantegna, ca 1457, Musée du Louvre)

Quelle est la matière de ces dés? Bois, ivoire, os? Os?! Les dés sont en effet probablement le fruit de l'évolution des osselets qui étaient à l'origine, aux temps préhistoriques dans la Vallée de l'Indus, des os de chevilles d'animaux comme le bœuf. D'ailleurs, les écrivains antiques confondent jeux d'osselets et de dés. Os et osselets: on a remarqué aussi bien sûr le crâne au pied de la croix, et les ossements de l'autre côté de la prédelle.

La tunique du Christ est de la même couleur vieux rose, à peine plus vive, que la culotte du soldat qui lance les dés. Ce n'est sans doute pas une probabilité plus grande qu'il gagne la partie mais c'est peut-être un présage sinon un indice.

Mantegna était un humaniste, soucieux de cohérence, féru d'histoire et de sciences. On n'en est pas moins surpris (agréablement) de lire sous la plume de la romancière Maria Bellonci: Andrea Mantegna est comme un solide géométrique de cristal; chaque face répond rigoureusement à une règle numérique.

Billet suivant