Pulsation éternelle du hasard

16 novembre 2015

Nous avons déjà consacré un, deux, trois billets au poème Un coup de dés jamais n'abolira le hasard de Mallarmé, déterminant possiblement le Nombre sans pareil qui s'y développe sans toutefois élucider sa nature et en particulier sa relation au hasard.

Si la strucure du hasard permet de demeurer en soi auprès de son contraire, y aurait-il une façon de produire à la fois le lancer et sa négation, le non-lancer, et de fixer ainsi le long du poème imprimé la pulsation éternelle du hasard (pour reprendre l'expression de Quentin Meissalloux)? Oui, en introduisant une indétermination.

L'indétermination affecterait le ressort arithmétique, le décompte des mots du poème conduisant au fameux Nombre ➆∅➆. Typographe pointilleux, Mallarmé s'est amusé à jouer avec le trait d'union – emprunté par le français à l'hébreu au ⅩⅥe siècle:

À quoi sert cela –
À un jeu.

A quoi sert cela, ce trait que je vous montre et non ce que vous pourriez prendre pour un signe de ponctuation? Or le poème compte trois mots composés, susceptibles donc de perturber le décompte. Indiquant le début de la transfiguration stellaire du Maître, la préposition par delà

la main
crispée
par delà l'inutile tête

apparaît sans trait d'union, tout comme la préposition substantivée au delà

RIEN
N'AURA EU LIEU
QUE LE LIEU
EXCEPTÉ
à l'altitude
aussi loin qu'un endroit fusionne avec au delà
UNE CONSTELLATION

qui situe la Constellation finale. On ne trouve aucune entrée propre à par delà dans le Littré, donc les deux mots composant la préposition comptent plausiblement pour deux. En l'absence de trait d'union, au delà est utilisé comme substantif mais sans déterminant: la Constellation fusionne bien avec au delà et non avec l'au-delà ni avec un au-delà, évitant au passage la connotation chrétienne du terme. De surcroît, la Constellation fusionne avec l'ambiguïté quant au compte qu'au delà introduit! Le troisième mot composé, l'adverbe du hasard par excellence et la fusion de deux mots par le trait d'union qui les joint, PEUT-ÊTRE, est, sans doute, le climax du poème:

RIEN
N'AURA EU LIEU
QUE LE LIEU
EXCEPTÉ
PEUT-ÊTRE
UNE CONSTELLATION

Original du manuscrit  de Mallarmé
Original du manuscrit de la main de Mallarmé

Ainsi, le poème lui-même est un pari audacieux qui érige le peut-être en notion capitale. Dans sa préface, Mallarmé écrit:

Aujourd'hui ou sans présumer de l'avenir qui sortira d'ici, rien ou presque un art, reconnaissons aisément que la tentative participe, avec imprévu, de poursuites particulières et chères à notre temps, le vers libre et le poème en prose.

Le pari n'est en rien pascalien, car le poète prend le risque que son poème ne soit jamais décrypté, sacrifiant éventuellement le sens de l'œuvre.

Dans la dernière lettre que Mallarmé laisse à la veille de sa mort, il demande à sa femme et à sa fille de brûler ses papiers, précisant néanmoins croyez que ce devait être très beau et ajoutant Ainsi je ne laisse pas un papier inédit excepté quelques bribes imprimées puis le Coup de dés et Hérodiade terminé s'il plaît au sort. S'il plaît au sort.

On n'en sort pas. Et on dit que son cercueil, posé sur deux tréteaux, à proximité de sa yole qui avait été la yole de son fils Anatole, on dit que son cercueil ressemblait à un canot. Il était probable que Jarry vienne à son enterrement. Ce qui l'était moins, c'est qu'il vienne en tenue de cycliste, les bottines jaune vif d'une amie aux pieds.

Billet suivant