si lance issu stellaire

09 novembre 2015

Dans ce billet puis celui-ci, nous avons évoqué le poème Un coup de dés jamais n'abolira le hasard de Stéphane Mallarmé, relevant qu'il recelait une énigme: comment un lancer de dés pourrait-il avoir pour résultat l'essence-même du hasard plutôt que l'un de ses effets?

Dans le sillage de l'ouvrage Le Nombre et la sirène de Quentin Meillassoux, faisons le pari que l'une des clefs de l'énigme est un nombre. Stéphane Mallarmé avait une prédilection particulière pour un chiffre: sept comme anagramme des quatre premières lettres de son prénom; ⅶ comme le nombre de rimes d'un sonnet; 1+6=2+5=3+4=5+2 comme la somme des faces opposées d'un dé; en creux, (12-5) séparant ces deux nombres qui jouaient un rôle central dans la petite arithmétique intime qu'il développa toute sa vie. Ⅶ enfin comme le nombre des étoiles de la Petite Ourse, constellation qui abrite α Ursae Minoris, l'étoile marquant le pôle nord céleste, c'est-à-dire le Septentrion. Or Mallarmé tenait les étoiles et leur dissémination comme un symbole céleste du hasard. Le nombre contiendrait donc le chiffre ➆. Où le chercher?

La fin du poème souffle un indice au lecteur:

ce doit être
le Septentrion aussi Nord
UNE CONSTELLATION
froide d'oubli et de désuétude
pas tant
qu'elle n'énumère
sur quelque surface vacante et supérieure
le heurt successif
sidéralement
d'un compte total en formation
veillant
doutant
roulant
brillant et méditant
avant de s'arrêter
à quelque point dernier qui le sacre

Toute Pensée émet un Coup de Dés

Le poème accomplit ce qu'il décrit, un compte total en formation (…) roulant sur la page avant de s'arrêter à un point dernier qui le sacre! Dès lors, les sept derniers mots du poème en sont la morale et le Nombre sera révélé par le décompte des mots du corps du poème jusqu'à son sacre.

Mais il est encore trop tôt pour compter. Reprenons un peu de recul et anticipons. C'est un tourbillon happant le navire disloqué au fond d'un gouffre qui anime le cœur du drame et occupe celui du poème:

COMME SI
Une insinuation simple
au silence enroulée avec ironie
ou
le mystère
précipité
hurlé
dans quelque proche tourbillon d'hilarité et d'horreur
voltige autour du gouffre
sans le joncher
ni fuir
et en berce le vierge indice
COMME SI

Le SI est équivoque chez Mallarmé. Il est le si de la fiction et donc des hypothèses incertaines. Il est aussi le SI des initiales de Jean le Baptiste, mort décapité et sanctifié sous le nom de Saint Jean (Sancte Iohannes en latin). Le chef coul[ant] en barbe soumise et l'aigrette flottant un instant à la surface des flots furieux avant de disparaître dans le gouffre sont une allusion à la décollation, thème récurrent dans l'œuvre de Mallarmé. De fil en aiguille, le SI est également le nom de la septième note de la gamme de do majeur dans la notation italienne et française. En effet, on sait peut-être que le moine Guido d'Arezzo inventa cette notation au Ⅺe siècle en s'inspirant de l'Hymne de Saint Jean-Baptiste composé au Ⅷe siècle par le poète Paulus Diaconus, mais que la dite note si ne fut ajoutée qu'à la fin du ⅩⅥe siècle.

Battesimo di Cristo
Battesimo di Cristo
(Paolo della Francesca, ca 1450, National Gallery, Londres)

Pour toutes ces raisons on se convainc aisément que le Nombre en formation contiendra non seulement le chiffre ➆ mais aussi un chiffre symbolisant le tourbillon/gouffre. Or quel chiffre autre que ∅ remplirait mieux cet office? Le nombre de mots constituant le corps du poème étant de l'ordre de plusieurs centaines, un impératif de symétrie conduit à voir en ➆∅➆ (sept cent sept, sept sans sept) le fameux Nombre.

Alors l'énumération rend son verdict: le corps du poème dénombre 707 mots.

A suivre…